il y a 6 mois -  - 2 minutes

Digital Workspace : le numérique au service du télétravail

Le télétravail est résolument entré dans les habitudes de collaboration de chaque collaborateur. Un ancrage permis par la numérique dans l’optique de créer un véritable Digital Workspace.

Les récentes crises sanitaires ont propulsé le télétravail et ses composantes dans toutes les sphères de l’entreprise. Jusqu’à présent pratiqué par une mince minorité de collaborateurs, le travail déporté ou hybride est désormais entré dans les habitudes. Il s’agit même d’une suite logique à plusieurs tendances qui se sont développées ces dernières années comme la mobilité, le Bring you own device ou bien encore le développement des bureaux partagés.

Afin de saisir ces tendances allant vers le développement du Digital Workspace, le Club de la Presse Informatique B2B (CPI-B2B) a réuni experts et professionnels du sujet. La question centrale résidant autour de l’apport des outils numériques pour le développement de l’environnement de travail. L’idée est alors de créer une bonne expérience utilisateur en assurant la disponibilité et la sécurité des données et des applications.

Digital Workspace TechTalks

Charlotte Noël, directrice associée Digital Workplace chez Capgemini Invent constate ces évolutions. Elle explique : « Nous nous intéressons depuis plus de 5 ans au sujet du Digital Workplace pour comprendre les habitudes de travail y compris d’un point de vue managérial mais aussi d’un point de vue immobilier. Nous parlions auparavant davantage aux DSI. Nous nous adressons désormais également aux responsables immobiliers. Car la logique de travail hybride va aussi jusqu’à un équipement multimédia des salles. Je pense par exemple aux applications de Smart building pour réserver sa salle de réunion. »

De nouveaux « réflexes » managériaux ?

L’essor de ce Digital Workspace va de pair avec l’évolution de nouvelles pratiques managériales. Tout du moins en principe. L’ensemble des professionnels s’accordent à dire que certaines typologies de gestion du personnel vont devenir plus ardues, à mesure que le télétravail va s’intensifier. Le micromanagement ou la gestion dite « en étoile » s’adaptent mal au principe de flexibilité.

Pour autant, les pratiques peuvent diverger en fonction des entreprises. Charlotte Noël explique : « Les employés n’ont pas les mêmes envies ou visions en matière de management. Il arrive régulièrement que des directions soient peu favorables à de tels développements, à cause de reflexes managériaux. Mais les collaborateurs expriment de plus en plus le besoin de ne plus être sur site. Entendent aller en région et sont très demandeurs de travail hybride. Face à cela, les responsables doivent manager à distance. Ce qui ne va pas forcément de soi.« 

Toujours est-il que ces changements peuvent également constituer pour les entreprises des opportunités d’attirer de nouveaux talents. Boris Lecoeur, directeur général France chez Cloudflare explique : « Le secteur est actuellement dans une période de transformation majeure. Cette dernière va perdurer sera un moyen d’attirer les talents. Chaque société numérique rencontre des difficultés en termes de recrutement. C’est pourquoi il peut s’avérer pertinent d’offrir une flexibilité pour attirer ces talents. »

Malgré ces développements, le risque subsiste pour chaque collaborateur de ne développer qu’une lien faible avec son employeur. Pour Milos Brkovic, directeur général France de CommVault : « Ces collaborateurs peuvent être amenés à quitter plus facilement leur entreprise. D’où le besoin d’apporter une couche de numérique pour mieux travailler à distance. »

Olivier Robillart