Face aux manifestations au Kazakhstan, le régime débranche son réseau Internet

En quelques heures, le réseau Internet mobile et fixe a été rendu totalement inopérant, alors qu’un mouvement de contestation inédit ébranle ce pays d’Asie centrale.

Par

Publié le 06 janvier 2022 à 15h04 - Mis à jour le 06 janvier 2022 à 17h42

Temps de Lecture 3 min.

Alors que le Kazakhstan est en proie à de violentes manifestations consécutives à l’augmentation du prix des carburants qui ont fait plusieurs morts et des centaines de blessés, l’Etat a riposté en débranchant, dès mardi 5 janvier, des pans entiers de son réseau Internet.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés En proie au chaos, le Kazakhstan appelle Moscou à l’aide

Selon Netblocks, un organisme qui suit et étudie les coupures de réseau, et Cloudflare, une entreprise spécialisée dans l’infrastructure Internet, c’est d’abord le réseau Internet mobile, très important dans le pays, qui a été fortement perturbé mercredi en milieu d’après-midi. Dès mardi, l’un des opérateurs mobiles du pays reconnaissait avoir reçu l’ordre d’interrompre ses services. Par ailleurs, selon des journalistes et activistes présents sur place, l’utilisation des messageries mobiles Telegram, Signal et WhatsApp était difficile depuis plusieurs jours.

Aux alentours de 18 h 30, heure locale, mercredi, un blocage pur et simple a été appliqué à tout le réseau Internet dans le pays, fixe et mobile. Tous les fournisseurs d’accès à Internet du pays ont été concernés. Cette coupure a touché également les sites officiels de l’Etat kazakh, dont certains demeurent encore aujourd’hui inaccessibles depuis l’étranger. A Noursoultan, la capitale politique du pays, aucune connexion à Internet n’est possible depuis lors. Seuls les appels téléphoniques fonctionnent encore, selon la chaîne de télévision Mir24.

Brève embellie

Il y a toutefois eu une brève embellie mercredi en toute fin de journée, selon Netblocks et l’agence de presse russe Tass, notamment à Almaty, la principale ville du pays. Ce relâchement est intervenu alors que le président kazakh, Kassym-Jomart Tokaïev, prononçait un discours télévisé.

Après quelques heures durant lesquelles une partie du réseau était de nouveau fonctionnelle, le blocage total a cependant été remis en place. Dans la nuit de mercredi à jeudi, le réseau téléphonique et Internet étaient à nouveau totalement inutilisables à Almaty, a rapporté l’antenne kazakhe de Radio Free Europe, et Internet était totalement coupé à l’échelle du pays, selon Tass.

Jeudi en fin d’après-midi, plusieurs instruments de mesure du trafic Internet montraient que le réseau semblait avoir été rebranché, au moins partiellement.

Une coupure d’une « ampleur inédite »

« Ce n’est pas la première fois que nous assistons à des perturbations d’Internet au Kazakhstan en marge d’élections ou de manifestations, mais celles-ci sont d’une ampleur inédite. (…) Ce qui est marquant, c’est le déploiement rapide des restrictions d’Internet à l’échelle nationale. Cela rend difficile d’avoir une image claire de ce qu’il se passe sur place au Kazakhstan », a déclaré Alp Toker, le directeur de Netblocks, interrogé par le site ZDNet.

Tanzanie, Inde, Biélorussie, Iran, Birmanie, Russie… Le Kazakhstan figure, en effet, sur la longue liste des pays qui, ces dernières années, ont entrepris de perturber, voire de couper purement et simplement, l’accès à Internet pour faire face à des mouvements de contestation internes. Le but étant à la fois de désorganiser ces derniers, les privant de moyens de communiquer et de se coordonner, mais aussi de limiter la circulation des informations vers l’extérieur du pays. « Les autorités doivent immédiatement restaurer l’accès à Internet pour tous », a réagi AccessNow, une ONG en pointe dans la lutte contre la censure d’Internet.

S’il est sans doute trop tôt pour mesurer l’impact de cette coupure massive sur la contestation inédite qui anime le Kazakhstan, elle a, en tout cas, eu un effet immédiat sur le bitcoin, en raison de la place importante qu’occupe depuis peu le pays dans l’écosystème de la cryptomonnaie (le pays en est aujourd’hui le deuxième « producteur » mondial). La coupure a en effet touché les nombreux « mineurs » – terme utilisé pour ceux qui utilisent des ordinateurs connectés très puissants et gourmands en énergie pour effectuer les lourds calculs informatiques nécessaires à la création du bitcoin – qui se sont récemment installés au Kazakhstan, attirés par le climat froid propice à leurs installations productrices de chaleur et poussés par le récent bannissement de leur activité par la Chine.

Lire aussi Contrôle d’Internet : la tendance inquiétante des coupures du réseau par les Etats

Rectificatif du 6 janvier 2022 : correction d’une erreur sur le lien entre la coupure d’Internet au Kazakhstan et la baisse du cours du bitcoin, ainsi que d’une autre sur le contenu du discours du président kazakh.

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner

Contribuer

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.